RDC : SOUS LA FACILITATION DE LA MONUSCO, DES COMMUNAUTÉS LOCALES S’ENGAGENT À LUTTER ENSEMBLE CONTRE L’INSÉCURITÉ EN ITURI

KINSHASA, RDC, le 19 Fevrier 2020,-/African Media Agency (AMA)/- Les communautés Alur et Lendu s’engagent à lutter ensemble contre l’insécurité dans les Territoires de Mahagi et de Djugu en Ituri. C’est le principal engagement pris par les représentants de ces deux Communautés à l’issue d’une série de dialogues intracommunautaires qui viennent de se tenir à Mahagi-Centre, Kambala et Kpandroma, à l’initiative du Gouvernement provincial et avec la facilitation de la MONUSCO.

Avec l’appui de ses partenaires, dont la MONUSCO, le gouvernement provincial de l’Ituri a depuis mai 2019, initié une Feuille de route constituée entre autres de dialogues intra-communautaires et de sessions de sensibilisations des Communautés. L’objectif de ces consultations était d’aborder des problématiques récurrentes et sources de tensions entre les Communautés Alur et Lendu.

La première problématique portait sur l’occupation de trois Groupements de Mukamba (Are, Umbatsi et Musongwa) par un groupe armé venu de Walendu Pitsi en Territoire de Djugu depuis mai 2019.  Cet acte avait été interprété comme une provocation des Lendu contre les Alur du fait de la « communautarisation » des conflits armés en Ituri.  Pour résoudre la tension communautaire née de cette occupation, des consultations ont été organisées au cours desquelles les facilitateurs ont écouté les participants (plus de 200 au total, dont des chefs de groupements, la société civile, des représentants des Comités locaux de sécurité…,), mais aussi analysé les causes lointaines et immédiates des conflits.

Le second objectif de ces consultations était semblable au premier : à la suite des incursions spontanées des groupes armés dans la Chefferie de Djokoth, la cohabitation entre Alur et Lendu a eu du plomb dans l’aile, la tension était montée entre les deux communautés. Ces consultations avaient donc pour objectif de rétablir la confiance entamée entre ces deux communautés, mais aussi de les amener à travailler étroitement avec les forces de sécurité.

Enfin, un troisième objectif de ces rencontres visait également à rétablir le dialogue entre la communauté Alur des Angal et les Walendu Watsi après une montée de tension entre celles-ci à la suite d’un conflit de limites survenu en janvier de cette année.

Toutes ces problématiques ont eu un coup humain et socio-économique assez important : destructions d’habitations, mort d’hommes, avec de nombreux blessés, paix sociale menacée, insécurité, etc.

Une semaine durant, les participants ont passé en revue l’historique des conflits, leurs cause profondes ainsi que les voies et moyens pour y remédier.  Des stratégies ont également été développées pour éviter un retour en arrière. Il s’agit notamment de faire un plaidoyer auprès des Lendus afin de faciliter le retrait desdits assaillants de la chefferie de Mukambo afin de favoriser le retour des  déplacés Lendu et Alur dans leurs milieux. Une commission conjointe (Lendu-Alur) de vérification sera mis en place afin de vérifier l’effectivité de ce retrait en vue du redéploiement des forces de sécurité dans la localité. Les facilitateurs ont par ailleurs exhorté les participants « à ne pas communautariser les activités des assaillants », au risque de remettre en cause la cohabitation pacifique entre communautés.

Debon Mwisa de la Section des Affaires civiles de la MONUSCO, un des facilitateurs, estime que ces consultations aident à dissiper certains malentendus entre les deux communautés et éviter un conflit intercommunautaire dans la limite des territoires de Djugu et de Mahagi. « Nous saluons l’engagement des deux communautés à promouvoir la paix à travers un dialogue permanent et des échanges des alertes précoces pour la sécurisation de leurs Territoire ».

Distribué par African Media Agency (AMA) pour la MONUSCO.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on StumbleUpon
Back to news listing