Libye : l’envoyé de l’ONU appelle à cesser les ingérences étrangères

A l’issue de consultations lundi avec le Conseil de sécurité à New York, l’envoyé des Nations Unies en Libye, Ghassan Salamé, a demandé aux pays impliqués dans ce pays de cesser leurs ingérences dans la crise actuelle.

NEW YORK, USA, le 7 Janvier 2020,-/African Media Agency (AMA)/- Dimanche, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le début du déploiement de soldats turcs en Libye en soutien au gouvernement d’accord national basé à Tripoli et menacé par une offensive du chef de guerre Khalifa Haftar, soutenu par la Russie, les Emirats arabes unis et l’Egypte.

Ghassam Salamé, chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), s’est entretenu avec des journalistes à New York, à l’issue d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité.

Cette réunion a eu lieu après que des dizaines de cadets ont été tués au cours du week-end dans une attaque de drones contre une académie militaire à Tripoli, siège du gouvernement reconnu par l’ONU.

Depuis avril, la ville est assiégée par l’armée nationale libyenne (ANL), qui est associée à une administration rivale dans l’est de la Libye.

L’attaque contre l’académie militaire est la dernière d’une récente flambée de bombardements aériens et a probablement été menée « par un pays soutenant l’ANL », selon M. Salamé.

Il a appelé les pays concernés à cesser de s’ingérer en Libye, qui est en crise depuis la chute de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011.

« Ce que j’ai demandé au Conseil de sécurité, et ce que j’ai demandé à ces pays, est très clair : restez en dehors de la Libye. Il y a suffisamment d’armes en Libye. Ils n’ont pas besoin d’armes supplémentaires. Il y a suffisamment de mercenaires en Libye, alors arrêtez d’envoyer des mercenaires comme c’est le cas actuellement avec des centaines, voire des milliers, entrant dans le pays récemment », a-t-il dit.

« Il existe une résolution appelant à un embargo sur les armes en Libye. Ceux qui ont voté pour cette résolution ont nécessairement besoin de la mettre en œuvre. Si tout le monde viole l’embargo sur les armes, c’est un problème. Mais si ceux qui l’ont voté le violent, c’est un problème encore plus grave », a-t-il ajouté.

Un plan en trois volets de l’ONU

L’envoyé des Nations Unies a décrit la situation actuelle en Libye comme « particulièrement difficile » et « sombre ». La population paie un lourd tribut, avec des dizaines d’écoles fermées, des établissements de santé attaqués et des milliers de déplacés.

M. Salamé a souligné qu’il n’y avait pas de solution militaire à ce conflit, qui pourrait avoir un impact sur les pays voisins fragiles.

L’ONU est déterminée à trouver un moyen de sortir de la situation actuelle, a-t-il déclaré.

La MANUL a lancé un processus en trois volets pour rapprocher les deux parties en conflit et discuter de la situation économique et financière, des questions militaires et de sécurité et du dialogue politique.

Le premier volet a commencé lundi, avec des représentants des parties prenantes réunis à Tunis pour discuter des questions économiques et financières, a-t-il indiqué.

« J’espère que dans les deux prochaines semaines, je pourrai lancer le deuxième volet concernant les questions militaires et de sécurité : le cessez-le-feu, l’embargo sur les armes, le processus DDR (désarmement, démobilisation et réintégration), le terrorisme et la lutte contre le terrorisme, et ce genre de problèmes », a-t-il ajouté. « Et j’espère qu’avant la fin de ce mois, nous pourrons lancer le dialogue politique, probablement à Genève ».

M. Salamé a également exprimé l’espoir qu’une conférence se tiendrait à Berlin dans les semaines à venir pour donner une « impulsion internationale » aux efforts en cours sur le terrain.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour les Nations Unies.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on StumbleUpon
Back to news listing