La croissance économique de l’Afrique augmente malgré la hausse de la dette

Plusieurs pays d’Afrique ont affiché une hausse de leur PIB en dépit des craintes d’une hausse de la dette selon le dernier rapport de l’ICAEW (Institute of Chartered Accountants in England and Wales). Dans Perspectives Économiques : Afrique 2e Trimestre 2018 (Economic Insight: Africa Q2-2018), publié aujourd’hui, l’organisme de comptabilité et de finance donne des prévisions de croissance du PIB pour diverses régions, dont l’Afrique de l’Est, qui devrait croître de 6,1 %, l’Afrique australe, dont la croissance sera de 2,3%, l’Afrique centrale et occidentale, avec une croissance de 3,6%, et 4,5 % pour

NAIROBI, Kenya 22 Juin 2018 – /African Media Agency (AMA)/- Le rapport, commandité par l’ICAEW et réalisé par le cabinet de prévisionnistes Oxford Economics, fournit un aperçu de la performance économique de la région. Les régions concernées sont l’Afrique de l’Est, l’Afrique australe, Afrique centrale et de l’Ouest, et la zone franc.

Selon le rapport, la croissance du PIB de l’Afrique de l’Est est principalement due à l’Ethiopie, dont la croissance réelle du PIB de 8,1 % devrait résulter de la poursuite des investissements publics. Le même type d’investissement en Égypte, rendu possible par le respect des réformes proposées par le Fonds monétaire international (FMI), portera la croissance à 5,0 %, ce qui en fait le principal moteur de la croissance de 3,9 % du PIB de l’Afrique du Nord cette année.

En Afrique centrale et de l’Ouest, la croissance devrait augmenter sensiblement à 3,6 %, contre 2,3% en 2017. L’économie dominante dans cette région sera le Ghana, où la croissance réelle du PIB de 7,2 % en 2018 devrait provenir en partie de la hausse de l’investissement public, et de l’amélioration qui en découlera pour les secteurs de la construction et de la fabrication.

Michael Armstrong, directeur régional de ICAEW pour le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie du Sud, fait ressortir : « Malgré les craintes de la dette, la plupart des régions africaines ont enregistré une croissance économique positive, principalement grâce aux investissements publics et aux ressources en hydrocarbures. Toutefois, les gouvernements doivent maintenir cette dynamique positive tout en équilibrant leur dette publique ».

GRAPHLa situation dans la zone franc est légèrement plus positive qu’en 2017, avec une croissance du PIB régional de 4,5 %. Cependant, la croissance de la plupart des régions sera assurée par les deux économies qui ne dépendent pas du pétrole. Il s’agit de la Côte d’Ivoire (croissance de 7,0 %) et du Sénégal (6,7 %), où les dépenses gouvernementales continues en matière d’infrastructures et les améliorations continues de l’environnement des affaires sont des facteurs clés.

La croissance de l’Afrique australe restera limitée par une croissance modeste en Afrique du Sud. Le PIB de la région devrait croître de 2,3 % en 2018, soit le taux de croissance régionale le plus lent du continent.

Le rapport met également en évidence les dépenses courantes financées par la dette par les gouvernements. Il fait valoir que les craintes de surendettement en Afrique sont largement exagérées. La reprise de la croissance amorcée en 2017 permettra de réduire le fardeau réel de la dette à moyen terme, ce qui signifie que le fardeau de la dette tendra à devenir plus supportable avec le temps.

En parallèle, le profil de la dette publique évolue à mesure que des solutions d’ajustement sur mesure viennent remplacer les offres classiques, ce qui permet aux gouvernements de prendre en charge la dette extérieure à des conditions plus favorables qu’auparavant.

Le revers de la médaille, c’est que la dette deviendra un problème dans certains pays. Plusieurs pays africains restent exposés au risque de surendettement en raison d’un ajustement structurel fragmenté et d’emprunts systématiques. De plus, les gouvernements populistes ne semblent pas vouloir engager des réformes.

Ces facteurs justifient la nervosité face à la dette, en particulier dans les pays qui sont vulnérables à la fluctuation des prix des produits de base.

Le rapport Economic Insight: Africa est disponible dans son intégralité ici : https://www.icaew.com/technical/economy/economic-insight/economic-insight-africa

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ICAEW.

CONTACTS MÉDIAS :

Jamie Douglass, bureau des relations presse de l’ICAEW, +44 (0)20 7920 8718 ou par email à James.Douglass@icaew.com

Corazon Sefu Wandimi, Tell-Em Public Relations East Africa, +254 20 260 9990 ou par email à corazon.sefu@tell-em-pr.com

NOTES AUX RÉDACTEURS :

À propos de l’ICAEW

1. L’ICAEW est une organisation mondiale professionnelle qui promeut, développe et prend en charge plus de 144 000 experts-comptables à travers le monde. Nous fournissons des qualifications et un développement professionnel, partageons nos connaissances, notre savoir-faire et notre expertise technique, et nous protégeons la qualité et l’intégrité de la profession comptable et financière.

En tant que leaders en comptabilité, en finance et en affaires, nos membres possèdent les connaissances, les compétences et l’engagement à maintenir les normes et l’intégrité professionnelles les plus élevées. Ensemble, nous contribuons au succès des individus, des organisations, des communautés et des économies à travers le monde.

Grâce à nous, les gens peuvent faire des affaires en toute confiance.

2. L’ICAEW est un membre fondateur de Chartered Accountants Worldwide et de la Global Accounting Alliance.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on StumbleUpon
Back to news listing