Journée internationale de la fille: Des organisations africaines demandent des comptes au sujet de la vaccination.

 
 
Les organisations africaines de dix pays lancent une campagne de 33 jours pour stimuler la vaccination. 

Abidjan, Dakar, Accra, Douala, Lagos, Nairobi, Kampala, Conakry, Lilongwe, Freetown, Monrovia.
 
M. BOUBACAR SYLLA, Président de POSSAV lors d'une conférence de presse organisée en l’occasion de la Journée Internationale de la Fille

M. BOUBACAR SYLLA, Président de POSSAV lors d’une conférence de presse organisée en l’occasion de la Journée Internationale de la Fille

DAKAR, Sénégal, 12 octobre 2017,-/African Media Agency (AMA)/- Au moment où le monde célèbre la Journée internationale de la fille, des organisations de plus de dix pays africains lancent la Campagne 33 jours pour stimuler la vaccination. Cette campagne a pour but de demander aux gouvernements des comptes par rapport aux multiples promesses qu’ils ont faites en matière de vaccination, notamment avec l’adoption de la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination de 2017. 

En 2016, le continent avait réussi une importante performance avec l’interruption de la transmission du virus du poliovirus sauvage pendant plus d’un an, en éradiquant pratiquement l’épidémie de méningite à méningocoque A et en réduisant de façon significative la charge de morbidité et de la mortalité dues à la rougeole. 

« Nous reconnaissons que des progrès ont été réalisés, un enfant africain sur cinq n’a toujours pas accès à toutes les vaccinations de base nécessaires.» a déclaré M. Tomekpa Vincent, Secrétaire Général de FENOS-CI en Côte d’Ivoire. 

 
M. le Secrétaire Général de la FENOS-CI, M. le représentant du Ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique et le Président de l'ONG Uplife en conférence de presse

M. le Secrétaire Général de la FENOS-CI, M. le représentant du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et le Président de l’ONG Uplife en conférence de presse

 
Les chefs d’États africains ont approuvé, en janvier 2017, la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination par laquelle ils ont reconnu qu’en dépit de leur approbation du Plan d’action mondial pour la vaccination (PAMV), ils sont très loin d’atteindre les objectifs. La Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination renforce leur engagement au plus haut niveau politique. 

La vaccination figure parmi les interventions sanitaires les plus rentables pour les filles et les garçons et offre un rapport coûts-avantages élevé en matière de santé – en termes de vies sauvées et de maladies évitées -, surtout lorsque le fardeau des maladies est élevé. Cela signifie que la vaccination constitue l’un des meilleurs moyens d’utiliser des fonds publics limités dans le domaine de la santé. 

« La société civile doit suivre les progrès réalisés par le gouvernement dans la mise en œuvre de ces engagements et veiller à ce qu’ils respectent ces engagements si nous voulons atteindre les objectifs de 2020 tels qu’ils sont définis dans le PAMV, » dit Joyce Kilikpo Jarwolo de l’Initiative pour la Santé Publique au Liberia (PHIL). 

« Au cours de ces 33 jours, nous ferons le suivi des vaccins, des finances et des législations et demanderons à nos gouvernements de nous montrer comment la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination dépasse le cadre d’une simple déclaration et constitue un véritable instrument de réussite. La vie de nos enfants en dépend, » explique Jackson Ndegwa, Responsable des Politiques et du Plaidoyer sur la vaccination du Kenya AIDS NGOs Consortium (KANCO) 

« Nous devons maintenir le rythme tout au long de l’année, en veillant également à exercer une pression accrue au cours des 33 jours qui relèvent d’une grande importance pour la vaccination,» a déclaré Clarisse Loe Loumou, membre du Conseil de Gavi et représentante des OSC au sein de GAVI. « Ces importantes journées internationales montrent non seulement ce qui peut être réalisé grâce à un engagement soutenu et ciblé comme dans le cas de la polio, mais également qu’il faut faire autant pour que des enfants ne meurent pas de la pneumonie. A partir d’aujourd’hui il est possible de veiller à ce qu’il soit accordé à l’équité une grande importance, au même titre que la couverture vaccinale, pour réaliser l’accès universel à la vaccination. Les vaccins tels que le vaccin contre les VPH qui sont d’une importance capitale pour les filles doivent continuer à leur être accessible partout dans le monde ». 

La campagne 33 jours pour stimuler la vaccination s’inscrit en droit ligne du travail entamé avec la Semaine africaine de vaccination et l’Assemblée mondiale de la santé. 

Signé par :
1. Concern Health Education Project (Ghana), 
2. Muslim Family Counseling Services (Ghana), 
3. AFRIVAC (Sénégal), 
4. Community Restoration Initiative Project (Uganda), 
5. Community Health and Research Initiative (Nigeria), 
6. Nigerian Women Agro Allied Farmers Association (Nigeria), 
7. PROVARESSC (Cameroun), 
8. Coalition 15 (Cameroun), 
9. KANCO (Kenya), 
10. FENOS-CI (Côte d’Ivoire), 
11. Public Health Initiative Liberia (Liberia), 
12. POSSAV (Guinée Conakry), 
13. Malawi Health Equity Network (Malawi), 
14. Children Advocacy Forum Sierra Leone (Sierra Léone), 
15. Confederation of Meningitis Organizations (CoMo), 
16. Niyel. 

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Niyel.

 
Participez au débat mondial autour des 33 jours pour stimuler la vaccination sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags #33Daysforimmunization, #Vaccineswork, #PowerUpImmunization, #33Days, #Savelives. 

Pour plus d’informations sur la campagne 33 jours pour stimuler la vaccination, veuillez contacter 

Mlle Khadija SY 
Email: sksy@niyel.net 
Telephone: +221 77 508 48 46 
www.niyel.net

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on StumbleUpon
Back to news listing