Guy Ryder appelle l’Afrique à œuvrer pour un avenir du travail centré sur l’humain

Dans son allocution d’ouverture de la 14e Réunion régionale africaine de l’OIT à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le Directeur général de l’OIT a évoqué les défis et les opportunités du monde du travail en Afrique.

 

Le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder, prononce un discours lors de la séance d'ouverture de la 14e réunion régionale africaine. © Organisation Internationale du Travail

Le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, prononce un discours lors de la séance d’ouverture de la 14e réunion régionale africaine. © Organisation Internationale du Travail

 

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, le 3 décembre 2019,-/African Media Agency (AMA)/- Le Directeur Général de l’Organisation internationale du Travail, Guy Ryder, a appelé les pays africains à saisir les opportunités qui existent sur le continent pour progresser vers un avenir du travail centré sur l’humain.

Il s’exprimait à l’ouverture de la 14e Réunion régionale africaine de l’OIT à Abidjan, en Côte d’Ivoire, qui réunit les mandants tripartites de l’OIT représentant les gouvernements, les travailleurs et les employeurs de 54 pays africains. Ils examineront les progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Agenda du travail Décent de l’OIT et traceront la voie d’un avenir propice au travail décent sur le continent.

Ryder s’est référé à des projections de croissance économique supérieure à la moyenne mondiale en Afrique; un «dividende démographique» qui fera croitre la population active de 60%; le potentiel unique du continent en matière de création d’énergies renouvelables; et des opportunités de développement qui pourraient naitre les progrès de la technologie.

«L’Afrique a toutes les raisons de considérer l’avenir avec confiance. Jeune, riche en ressources, dynamique et créatif, elle offre des possibilités qui, à bien des égards, n’existent pas dans d’autres régions. Cependant, comme toujours, il existe des défis.»

Parmi ceux-ci, il y a la nécessité de créer vingt-six millions d’emplois chaque année en Afrique pour atteindre les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. Comme défis supplémentaires, il a cité le déficit de financement de la protection sociale qui s’élève à 68 milliards de dollars par an; les pressions économiques, sociales et migratoires; et l’impact du changement climatique et de la mondialisation.

«Ce que nous recherchons, c’est un avenir de travail dans lequel la justice sociale est la garantie la plus sûre que nous puissions avoir de la paix et de la prospérité en Afrique et dans le monde. C’est l’affaire inachevée de notre organisation, vieille de 100 ans, que nous devons avancer ensemble.»

Au cours de son discours, M. Ryder a mis l’accent sur l’approche «centrée sur l’être humain» décrite dans la Déclaration du Centenaire de l’OIT pour l’avenir du travail adoptée lors de la Conférence internationale du Travail (CIT) en juin 2019.

Cette approche «centrée sur l’être humain» repose sur l’investissement dans les capacités des personnes, des institutions de travail qui garantissent que le travail n’est pas une marchandise, ainsi que dans un travail décent et durable, en particulier dans les économies vertes, rurales et de soins de santé.

Ryder a également souligné les priorités particulières pour l’Afrique:

  • La formalisation de l’économie informelle, qui représente 80% de la population active.
  • la transformation structurelle de la production.
  • la diversification économique.
  • la création d’un environnement favorable à la création d’emplois décents.
  • la lutte contre les inégalités.
  • les actions visant à promouvoir la participation pleine et égale des femmes au marché du travail.

Il a également appelé à une action accélérée pour mettre en œuvre les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, le Pacte Mondial pour des Migrations Sûres et Ordonnées, ainsi que les promesses faites par les gouvernements pour lutter contre le changement climatique. «Nous ne devons pas détourner notre attention du fait que, dans la plupart des aspects, la communauté internationale n’a pas suivi le programme 2030 et que la planète se bat avec acharnement dans la guerre que nous, humains, avons lancée de manière abusive. Et comme le travail décent est profondément impliqué dans tous ces défis, nous sommes très clairement appelés à faire mieux.»

Les délégués examineront le rapport du Directeur général à la Conférence sur le thème “Faire progresser la justice sociale: façonner l’avenir du travail en Afrique” en vue de formuler des recommandations de politique générale pour une croissance inclusive et le progrès social. La réunion se tient à l’occasion du centenaire de l’OIT et du soixantième anniversaire de sa présence permanente sur le continent africain.

Lors de la séance d’ouverture, Pascal Abinan, Ministre ivoirien du Travail et de la Protection sociale, a été élu président de la réunion qui durera quatre jours. Paul Mavimba (Zimbabwe) a été élu vice-président du gouvernement; El Mahfoudh Megateli (Algérie), vice-président employeur et Francis Atwoli (Kenya), élu vice-président travailleur.

La réunion comprendra également une série de panels thématiques sur diverses questions liées à l’avenir du travail en Afrique. Suivre les panels en direct. Toutes les photos officielles sont disponibles sur le site web Flickr de l’OIT

Distribué par African Media Agency (AMA) pour l’Organisation internationale du Travail (OIT).
 
Pour de plus amples informations, veuillez contacter:
Jennifer Patterson
Chargée régionale de la communication et de l’information publique
patterson@ilo.org
tel. +225/6942-8689)

Benoît Gohoun
Chargé de la communication
gohoun@ilo.org

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on StumbleUpon
Back to news listing